NOTE D'INTENTION


Corps libérés – Corps libertaires

De l’émancipation des corps comme prise de parole politique

 Le corps du danseur s’est toujours identifié comme espace allégorique, passeur de quête, reflet d’une époque, d’une démarche, d’un point de vue sur le monde.
Si la compagnie ne cesse de convoiter de nouveaux espaces de défi et de mise en danger pour que les corps dansants y révèlent leur plein engagement au plateau (Précaire, PERF’, VOAR ou l’heure du vertige), il affirme également aujourd’hui sa pleine nécessité d’œuvrer dans le sens d’une émancipation collective.
La compagnie met en jeu ses quêtes politiques émancipatrices qui suscitent de vrais et beaux espaces d’échange avec le public. Ceci s’affirme grâce à une écriture chorégraphique, qui incorpore la libération des corps au plateau (Performing bal disco – Le bal dont vous êtes le héros !, MU – Saison2 / Vénus anatomique, Ma vie est un clip) et qui se frotte aux figures libertaires (Là, se délasse Lilith…, AMAZONES).
En ce sens, elle ne cesse de cultiver des rencontres protéiformes, déclinaisons de propositions poreuses entre la salle de spectacle et la Cité, à travers projets participatifs, performances in situ, conférences-débats, etc…

La compagnie Marinette Dozeville est une compagnie chorégraphique implantée à Reims, en région Grand Est. Son travail de recherche démarre en 2003 avec la création d’un premier solo, une première “carte de visite” : D’ailes. En 2006, sort Rupture d’anévrisme, première pièce “grand format” pour deux danseuses, un musicien et un vidéaste, qui laisse entrevoir le goût prononcé de la compagnie pour les collaborations artistiques. De 2007 à 2009, la compagnie est parrainée par l’Espace Louis Jouvet – Scène conventionnée des Ardennes. Pendant ce partenariat, naîssent Dopamine (création 2007) et Précaire (création 2009 en collaboration avec Sébastien Roux - compositeur). Puis de 2009 à 2012, c’est le Manège de Reims – Scène Nationale qui prend le relais de cet accompagnement. Sont alors créés : MU - Saison 1/ La femme manteau (création 2010 en collaboration avec le marionnettiste David Girondin Moab), Performing bal disco - Le bal dont vous êtes le héros ! (Bal moderne participatif créé en 2011) et PERF’, One woman show chorégraphique (2012). En 2013, elle est conventionnée par la Région Grand Est. Elle entame pour deux saisons une résidence avec Arts Vivants 52, pendant laquelle VOAR ou l’heure du Vertige voit le jour en février 2014 (pièce pour 5 interprètes). La dernière création, MU – Saison 2 / Vénus anatomique (en collaboration avec Do Brunet - Vidéaste) est sortie en décembre 2014 au Centre Culturel multimédia Saint-Exupéry à Reims. Marinette Dozeville devient ensuite artiste compagnon du manège, scène nationale-reims  pour la saison 2016/2017 et en résidence au Nouveau Relax, Scène conventionnée de Chaumont. Elle créé alors Dark Marilyn(s) (novembre 2016). la compagnie est actuellement en créations de deux nouvelles pièces Là, se délasse Lilith... dont la sortie est prévue pour janvier 2018 et Ma vie est un clip. Elle est également associée aux Journées Danse Dense. Par ailleurs elle est régulièrement soutenue par Césaré – Centre National de Création Musicale / Reims, l’Echangeur – CDC Hauts-de-France et le Laboratoire Chorégraphique de Reims.