Précaire

Chorégraphe : Marinette Dozeville
Interprètes : Lucie Blain, Rodolphe Fouillot et Marinette Dozeville
Musique et interprète : Sébastien Roux
Commande musicale Césaré, Centre national de création musicale
Lumières : Elie Romero
 

 

Dans Précaire #1, le choix de sonoriser les sons provoqués par les allumettes (craquements, chutes...) apporte un lien de cause à effet direct entre la musicalité du mouvement et la musicalité générale de la pièce, les sons des allumettes étant directement liés aux mouvements des danseurs.

Dans Précaire #2 (solo), outre l'influence de l'environnement sonore sur la danse et vice-versa, l'utilisation des chaussures à talon (qui est au coeur de la tension dramatique parce qu’elle conditionne la danse et le personnage) est à l'origine de leur propre partition/répercutions sonores. Cette nouvelle tension sonore appuie la tension générale de la pièce.

Dans Précaire #3, le son a principalement deux fonctions. D'une part, il devient réel partenaire des deux danseuses aux yeux bandés. Etant privées de repères spatiaux, le dispositif sonore permet aux danseuses de se déplacer d'un point à l'autre de leur "espace de jeu". De là, spatialisation du son et du mouvement fonctionnent ensemble. D'autre part, le choix étant dans cette pièce de partir de la contrainte de la cécité pour ouvrir un espace poétique et un espace sensible, le son, réel matériau sonore, presque tangible, offre aux danseuses cette matière à "sculpter"...

A télécharger
  Précaire-dossier [.PDF - 1.01 Mo]