Dark Marilyn(s)

Chorégraphe : Marinette Dozeville
Interprètes : Lucie Blain, Anne Bogard, Chloé Favriau, Agnès Pancrassin
Lumières : Marine Molard
Régie Son : Hubert Michel
Costumes : Laure Mahéo
Regard extérieur : Benjamin Duval
Photographies : Alain Julien

 

Production Yapluka
Coproductions
manège, scène nationale – reims, le Nouveau Relax – Scène conventionnée de Chaumont, La Méridienne – Scène conventionnée de Lunéville.
Avec le soutien du Laboratoire Chorégraphique de Reims
La cie Marinette Dozeville est artiste compagnon au manège, scène nationale-reims. Elle est soutenue par la DRAC et la Région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine, le Conseil Départemental de la Marne et la Ville de Reims.

La question du féminin à travers une icône du cinéma hollywoodien. C’est le sujet élu par Marinette Dozeville. Pour en découdre avec les clichés sur le genre, la chorégraphe s’empare de ses images, de ses codes les plus populaires, et défait par le geste, le corset de nos représentations les plus intimes.

Muses, Amazones, saintes, mais aussi égéries, top modèles, stars de cinéma, les mythes féminins ont la peau dure. Et le regard que l’on porte sur les femmes à travers l’histoire et ses figures les plus présentes dans l’imaginaire collectif appelle bien des interrogations. Déjà dans PERF’ puis dans MU, deux de ses précédentes créations, Marinette Dozeville avait choisi d’explorer les processus de transformation et révélation des corps. D’abord, à travers les performers populaires dans PERF’ puis par l’envie de faire tomber les masques et carapaces sociales dans MU. Dans le creuset de cette réflexion, la chorégraphe s’approprie ici la figure de la star désenchantée pour en déjouer les codes, ces fantômes de l’inconscient qui formatent les regards. Dans Dark Marilyn(s), un étonnant quatuor de femmes s’empare du plateau et décline, entre postures lumineuses et ombres obscures, ce qu’il en coûte des modèles et des gestes de l’émancipation.

 

A télécharger
  Dark Marilyn(s)-dossier [.PDF - 176.47 Ko]